21/04 2022
20:00 h

Marc Copland Quartet feat. Mark Feldman

Qualifier Marc Copland de "elder statesman" du jazz n'est pas exagéré. Accompagné par le violoniste d'exception et lauréat d'un Grammy Mark Feldman, l'Américain joue la première fois avec son quartet actuel à Eupen.

Marc Copland

Depuis le milieu des années 1970, Marc Copland a produit des sons inédits comme aucun autre pianiste. Sa production en tant que leader est époustouflante : plus de 40 CD acclamés par la critique en solo, duo, trio, quartette et quintette. Sur les albums qu’il a enregistrés pour plus de dix labels différents, on peut entendre des musiciens de jazz importants du passé et du présent : John Abercrombie, Ralph Alessi, Joey Baron, Mike Brecker, Randy Brecker, Dennis Chambers, Mark Ferber, Billy Hart, Dave Liebman, Victor Lewis, Joe Lovano, Greg Osby, Gary Peacock, Bill Stewart, Robin Verheyen, Ken Wheeler, et d’autres. Mais si, à 72 ans, vous pensez que Copland est un musicien vieilli, qui a ralenti, cessé d’évoluer et s’est simplement reposé sur ses lauriers, vous vous trompez lourdement. « Je n’ai jamais rien vu de tel », déclare le saxophoniste Robin Verheyen. « Il est une source d’inspiration, il arrive constamment avec de nouvelles idées et de nouvelles sonorités. Il incarne le genre d’énergie et de croissance que l’on attendrait de quelqu’un dans la fleur de l’âge créatif. Ce n’est pas seulement une grande voix avec un son unique – vous ne trouverez pas de meilleur compagnon ». Après avoir enregistré pendant des années pour de nombreux labels parmi les meilleurs du monde (Challenge, ECM, Hatology, \Nagel-Heyer, Pirouet, Savoy, Sketch, Soul Note, etc.), Copland a fait le grand saut en 2016 en créant son propre label. L’incursion du pianiste dans le monde du disque a été récompensée chaque année par une croissance et il a pu résister à la tendance générale à la baisse des ventes de CD. Sa dernière publication, John (illusions / mirage), a été élue « Editor’s Pick » par Down Beat Magazine, CHOC par Jazz Magazine (France), « CD du mois » par Stereoplay (Allemagne) et cinq étoiles par Rondo (Allemagne) et le Neue Züricher Zeitung (Suisse). Dan McClenaghan de allaboutjazz.com l’a exprimé de manière succincte : « Copland est un génie … il crée les plus belles sonorités ». Le prestigieux blog jazzstation l’a désigné « #1 Acoustic Pianist of the Year » pour l’année 2020.

Mark Feldman

Né à Chicago en 1955 et lauréat d’un Grammy, Mark Feldman est une figure unique dans l’histoire du jazz, un violoniste à la technique classique impeccable et au style moderne unique. Outre ses propres projets, ses plus de 230 albums et tournées sont impressionnants : il a collaboré avec John Abercrombie, Muhal Richard Abrams, l’orchestre symphonique de Bâle, Paul Bley, Uri Caine, Johnny Cash, le CBS Television Network Orchestra, Cheryl Crow, Placido Domingo, Dave Douglas, Billy Hart, Carole King, Manhattan Transfer, le Nashville Philharmonic, Willie Nelson, l’orchestre symphonique de la radio néerlandaise, Chris Potter, Diana Ross, le WDR Big Band et John Zorn. Avec plus de deux cents enregistrements, ce n’est bien sûr qu’un petit aperçu. En 2007, il a été récompensé par l’Alpert Award Prize in Music. Parmi ses propres projets figurent « What Exit » (ECM) et « Music for Violin Alone » (Tzadik). En tant que compositeur, ses œuvres ont été commandées et jouées par le Kronos Quartett et l’orchestre de la radio WDR. Il a créé le concerto pour violon de Guus Janssen en tant que soliste avec le Netherlands Radio Philharmonic Orchestra. L’approche intuitive de Feldman avec son instrument et son oreille fulgurante lui permettent de pratiquer le contrepoint improvisé et l’interaction avec Copland à un niveau extrêmement élevé. Il n’y a pas deux exécutions de cet enregistrement qui soient exactement identiques.

Jonas Burgwinkel



Le batteur Jonas Burgwinkel, né à Aix-la-Chapelle et connu comme membre du trio Pablo Held, a découvert Marc Copland en 2020. En février de la même année, Joey Baron est tombé malade lors d’une tournée européenne du trio Copland, et Jonas l’a remplacé à la dernière minute. Après les quelques premiers concerts, le jeune batteur a dit au pianiste : « Tu ne me dis rien », ce à quoi Copland a répondu en souriant : « Parce que je n’ai pas à le faire ». Et il est facile de voir pourquoi – en plus du trio de Held et des projets personnels du batteur (Medusa Beats et Side B), les concerts et enregistrements de Jonas montrent une grande expérience ainsi qu’une capacité à jouer dans presque tous les styles. La liste se lit un peu comme un Who’s Who—-Uri Caine, Marc Copland, Dave Douglas, Lee Konitz, Dave Liebman, Mark Murphy, Chris Potter, John Scofield et Ralph Towner. Burgwinkel est lauréat de l’Echo Jazz en tant que « meilleur batteur » ainsi que du SWR Jazzpreis et du WDR Jazzpreis.

L’opinion de Copland sur le jeune phénomène Felix Henkelhausen est la suivante : « Il arrive régulièrement qu’un jeune musicien apparaisse, qui non seulement possède une technique époustouflante, mais joue aussi avec une telle maturité et une telle aisance qu’il est évident qu’il va changer la manière dont tout le monde joue de l’instrument. J’ai eu ce sentiment lorsque j’ai entendu Stanley Clarke et Miroslav Vitous – tous deux étaient encore adolescents. Et j’ai eu à nouveau ce sentiment lorsque j’ai joué pour la première fois avec Felix Henkelhausen ». Au cours de sa jeune carrière, Felix a déjà collaboré avec Jim Black, Marc Copland, Toby Delius, Pablo Held, Dave Liebman, Eric Mcpherson, Jochen Rueckert et Robin Verheyen. Il est le commissaire d’une série continue de musique improvisée à Berlin appelée « FutureBash ». Il dispose à la fois d’un son acoustique profond et naturel sur son instrument et d’une technique fulgurante qu’il peut faire ressortir à tout moment. Mais il n’abuse pas de cette technique : Henkelhausen fait preuve d’une maturité inhabituelle, il ne joue jamais vite juste pour montrer, mais garde ces performances pour les moments opportuns – quand elles enrichissent la musique et ne la distraient pas.

Composition du groupe:

Marc Copland – piano
Mark Feldman – violon
Felix Henkelhausen – basse
Jonas Burgwinkel – batterie

Vidéo