Jazzquartett Lars Danielsson Liberetto
20/10 2022
20:00 h

Lars Danielsson Liberetto

Les bonnes choses valent la peine d'être attendues : beauté du son, élégance mélodique, jeu d'ensemble de rêve et compositions de jazz à l'atmosphère dense. "4 Wheel Drive" de Nils Landgren, Michael Wollny, Lars Danielsson et Wolfgang Haffner a été l'album de jazz le plus populaire de l'année 2019 en Allemagne. Après avoir accueilli Nils Landgren et Michael Wollny à l'ancien abattoir, nous nous réjouissons maintenant d'accueillir Lars Danielsson. Le Lars Danielsson Liberetto présente son quatrième album - paru sur le label ACT - intitulé "Cloudland". Le néologisme prometteur Liberetto allie déjà liberté musicale et légèreté ludique...

Lorsque le musicien suédois Lars Danielsson a entendu pour la première fois la légende danoise de la basse Ǿrsted Pedersen en concert, il a été si profondément impressionné qu’il s’est tourné vers le jazz et la basse. Jusqu’alors, Danielsson, né en 1958 à Göteborg, avait étudié le violoncelle classique au conservatoire de sa ville natale, Göteborg. Heureusement, il n’a pas simplement fait une croix sur ses études de violoncelle, mais les a intégrées dans son activité actuelle. Non seulement dans le sens où il inclut toujours le violoncelle dans son répertoire, mais aussi parce que son jeu de basse sonne indéniablement un peu plus mélodieux, planant et lyrique que celui de beaucoup de ses collègues bassistes. Ce sont ces qualités particulières qui ont rapidement fait de lui un sideman très demandé au niveau international. Dès les années 1980, il a travaillé non seulement avec des grands noms locaux et européens comme Lars Jansson, Hans Ulrik, Carsten Dahl, Nils Landgren, Christopher Dell, Johannes Enders et Trilok Gurtu (dont il a été membre pendant un certain temps), mais aussi avec des sommités de la scène américaine comme les saxophonistes Rick Margitza et Charles Lloyd, les Brecker Brothers, les batteurs Terri Lyne Carrington, Jack DeJohnette et Billy Hart ou les guitaristes John Scofield, Mike Stern et John Abercrombie.

Mais Danielsson ne s’est jamais contenté d’un rôle d’accompagnateur. Il a toujours été également un compositeur créatif et fait partie d’un groupe relativement restreint de bassistes qui se sont également fait un nom en tant que chefs de groupe importants. L’ensemble qui a offert à Danielsson les meilleures possibilités dans sa quête d’expression musicale pendant près de 20 ans était son propre quatuor All-Star avec le saxophoniste américain David Liebman (qui jouait autrefois avec Miles Davis), le pianiste suédois Bobo Stenson et le batteur norvégien Jon Christensen. Stenson et Christensen sont tous deux des pionniers du « Nordic Sound », l’alliance du jazz et de l’éthos scandinave, et tous deux sont également des artistes de longue date du label ECM. Quatre albums du quartet sous le nom de Danielsson et six autres albums avec des invités ont consolidé la réputation de Danielsson comme l’un des principaux musiciens de jazz européens et ont reçu non seulement des critiques enthousiastes, mais aussi de nombreuses récompenses. Ces dernières années, il a encore pu élargir son spectre musical, par exemple en tant que co-initiateur du projet d’orchestre « Blauklang » avec Vince Mendoza, nominé aux Grammy Awards.

Lars Danielsson Liberetto : Cloudland
D’une certaine manière, Danielsson a vraiment trouvé en 2012 la quintessence de ses multiples formes d’expression – et aussi le bon nom pour cela : « Liberetto ». Ceux qui apprécient l’attrait et l’accessibilité du concept Liberetto de Danielsson vont adorer les morceaux de son nouvel album « Cloudland ». Toutes les attentes, à commencer par l’abondance de « lyrisme élégant » et de « groove pertinent » que l’auteur canadien John Kelman (All About Jazz) avait déjà identifié en 2011 dans le premier album de Liberetto, sont comblées. « Je considère mes compositions comme des chansons », dit Danielsson, qui n’oublie jamais l’importance de la mélodie. Après tout, comme il s’en souvient encore vivement, son tout premier professeur de musique était un organiste qui avait une préférence pour les hymnes.

Instrumentation :
Lars Danielsson : contrebasse, violoncelle
Grégory Privat : piano
John Parricelli : guitares
Magnus Öström : batterie, percussions

Vidéo